Athlétisme : Les confidences de l’entraîneur Henri Salamon

Adhérent du TUC depuis 1967, Henri Salamon est l'un des entraîneurs de la section athlétisme. À 70 ans , cet ancien professeur d'EPS est entré au club en tant qu'athlète. Rapidement, suite à une grave blessure il a commencé à entraîner et ne s'est jamais arrêté. À l'heure actuelle, accompagné de quatre autres coachs, il s'occupe d'une trentaine d'athlètes.

On a dû s'adapter aux règles sanitaires

Depuis le début de la pandémie, les entraînements au SATUC n'ont pas été stopper. "On a dû trouver des solutions." Durant les confinements, des plannings adaptés à chacun ont été instaurés chaque semaine. "Pour beaucoup, les entraînements étaient réalisés à domicile. Pour d'autres, inscrits sur les listes de sportifs de haut niveau ou étant en STAPS, les accès aux terrains étaient autorisés. On a donc dû s'adapter à chacun." . Aujourd'hui, il est possible pour tous de venir s'entraîner en journée. " En raison du couvre-feu, des créneaux sont mis en place en fonction des disponibilités de chacun. Chaque entraîneur crée une séance sur notre groupe Messenger et les athlètes s'y inscrivent." Grâce aux réseaux sociaux, le groupe est resté soudé et a pu communiquer.

Un Retour à la compétition

Depuis le mois de mai, la Fédération française d'athlétisme a mis en place des compétitions «semi-officielles» dans chaque club. L'objectif est de permettre aux athlètes de retrouver le goût de la compétition. Les résultats seront pris en compte si l'athlète ne réalise aucune compétition officielle d'ici l'année prochaine. «Deux compétitions ont eu lieu au sein du SATUC, le 2 et le 8 mai. La grande majorité de nos licenciés y ont participé.» En ce moment, c'est très compliqué à cause des conditions sanitaires mais également climatiques. «Actuellement, nous n'avons pas l'autorisation de nous entraîner en salle. Le vent et la pluie ne facilite pas nos entraînements.»

About the Author

By ValentineB / Editor, bbp_participant on Mai 25, 2021