Shoot de l’international universitaire Paul Salmeron en 1965

Quels sont les sports oubliés du Toulouse Université Club?

Football, rugby, athlétisme nombreux sont les sports passés au sein du Toulouse Université Club mais certains ont totalement disparu.

Depuis 1905 le Toulouse Université Club a connu de multiples sports. Des disciplines atypiques et d'autre un peu plus communes. C'est le cas du baseball, sport très populaire en Amérique du Nord, il l'est beaucoup moins en France. Enlevé du programme olympique depuis 2008 et les Jeux Olympiques de Pékin. Le baseball/softball sera réintroduit pour les JO de Tokyo 2021. À Toulouse, le club "Les Pin-Ups de l'ASUPS" (Association Sportive de l'Université Paul Sabatier) a été créé lors de la saison 1997/1998. Devenu "Les Marmottes du TUC", en janvier 2003 le club comptait deux équipes. Une de softball mixte et une de baseball. Participant chaque année à de nombreux matchs amicaux, où elles avaient leurs habitudes. Les Marmottes avaient remporté à plusieurs reprise le championnat régional. Toutefois en juillet 2006 signe le clap de fin pour le club de baseball du TUC.

Sport mineur et majeur laissés de côté

Sport mineur, mais souvent présent dans les cours de récréations, le Speed-Ball a eu sa section au sein du TUC. Voté à l’unanimité en 2003, le club verra le jour lors de la saison suivante. Cecilia Duvert et Céline Lacombe deux vice-championnes de France ont eu pour ambition de développer ce sport encore peu connu dans l'hexagone. Le speed-ball tient son origine dans les années en 60' en Égypte. Une famille veut exercer son fils Hussein au tennis, sans avoir la problématique de devoir chercher la balle. La solution est vite trouvée en accrochant la balle de tennis, à une barre en métal.
Le Speed-Ball est un sport de raquette dont le principe est de frapper la balle en inversant son sens de rotation autour d’un mât. Figurant parmi la seule discipline à se jouer avec les deux mains ce sport permet un équilibre musculaire. En effet, il améliore les capacités cardio-respiratoires, la coordination ainsi que la vision périphérique.

Les répercussions d'AZF

La boxe française était bien représentée en 2000 avec pas moins de 42 adhérents. Mais l'explosion de l'usine AZF a eu d'énormes conséquences. Notamment, sur le nombre de licenciés au TUC, entre autres à cause de la déflagration qui a détruit le gymnase. Des répercussions qui se sont ressenties sur la section boxe, a un point que la saison suivante, ils étaient seulement 11 inscrits au club. Autre sport majeur, désormais passé aux oubliettes le football. Encore présent dans les années 70', le TUC football revendiquait son amateurisme. « Être amateur ce n'est pas seulement le plaisir de jouer gratuitement. Être amateur, c'est savoir accepter ce qui semble être une erreur. Être amateur, c'est savourer la victoire avec joie et encaisser la défaite avec dignité », écrivait le président du club Docteur S. Thomas en 1964, dans le magazine annuel du TUC. Dernier sport a renommé international à avoir disparu au sein du Toulouse Université Club : le basketball. Avec sa section masculine mais aussi féminine.

Présent pendant de nombreuse années le cyclotourisme ne figure plus parmi les sections présentes au TUC. Ayant pour but de faire une activité physique tout en découvrant la région, la section cyclotourisme du TUC permet la pratique d'un sport loisir et ne participe à aucune compétition. Historiquement lié avec l'Université Toulouse Mirail, le cyclotourisme faisait face à une grande problématique, stocker tous les vélos. Malgré des séances pleines la section s'est arrêtée il y a peu de temps.

About the Author

By NoeR / Editor, bbp_participant on Oct 05, 2020