Parce-que la Femme …

Penchons-nous aujourd’hui sur la différence des performances sportives entre Messieurs et Mesdames !

C’est à dire, faisons le point sur les différences physiques et anatomiques : morphologie, hormones, capacités cardiaques, quels sont leurs impacts sur les performances sportives.

Commençons par les différences physiques visibles. Dans la généralité, une femme est plus petite et plus légères qu’un homme et leur masse grasse est plus importante de 3 à 6 kilos que chez un homme. Donc la masse graisseuse représente environ 20 à 25% du poids de la femme contre seulement 15 à 20% chez l’homme (On arrête tout ! C'est quoi la blague là ?). En ce qui concerne la masse graisseuse et la masse musculaire, la raison de ses différences vient de la production hormonale, qui elles aussi commencent leur sport à la puberté. La femme a un taux plus élevé d’œstrogènes ce qui engage le développement du bassin et la formation de tissu adipeux (et donc de graisse…). L’homme, lui, a un taux plus élevé d’androgènes ou plus communément appelé testostérone, ce qui favorise la formation de la masse osseuse et de la masse maigre (et donc de muscles).

On arrive donc le rapport poids/puissance et au vu des statistiques mentionnées plus haut, celui-ci est en faveur des hommes. Eh oui Mesdames, vu que nous avons à la fois moins de muscles et plus de graisse, nous en devenons moins rapide que nos confrères masculins. En course par exemple, cette différence crée un double effet : à chaque foulée, les femmes ont moins de muscle pour transporter plus de tissu adipeux. (Eh oui Mesdames, trahie par notre propre corps …). 

Mais l’injustice physique ne s’arrête pas là ! Elle est aussi présente au niveau cardio-pulmonaire.

Si vous faites du sport régulièrement ou que vous en avez tout simplement déjà fait, vous savez que votre respiration et votre rythme cardiaque s'accélèrent au fur et à mesure de l’effort. On parle alors de la VO2 Max, c’est-à-dire, votre volume d’oxygène maximal, la capacité à emmagasiner, transporter et consommer l’oxygène. Il se calcule en millilitres par minute et par kilo de poids de corps. Et donc mesdemoiselles, messieurs, je vous le donne en mille ! La VO2 Max est en moyenne entre 45 et 50 ml/min/kg chez les hommes contre 35 à 40 ml/min/kg chez les femmes. Et l’une des principales raisons à cela vient du taux d’hémoglobine dans le sang, qui est moindre chez la femme.

Pour compenser cela, le corps féminin sollicite donc davantage sa fréquence cardiaque. Et nous pouvons alors parler de la FC Max, la fréquence cardiaque maximale, c’est-à-dire, le nombre maximum de battements que votre coeur peut faire en une minute. En moyenne, la FC Max est de 174 pulsations par minute chez les femmes contre 169 pulsations par minutes chez les hommes. Le muscle cardiaque étant en moyenne 30% plus petit chez les femmes, elles atteignent leur FC Max plus rapidement en courant 10 % moins vite.

Si l’on se penche maintenant sur les records et meilleures performances mondiales dans les différents sports, les 10% de différence semblent constituer un seuil : les femmes égalent les records de leurs confrères masculins - qu’ils avaient réalisés quelques années auparavant.

Il se pourrait cependant que l’écart diminue dans les sports d’endurance. Effectivement les facteurs morphos, hormonaux et cardiaques sont à l’avantage masculin pour les sports de force et de puissance, mais pourrait être à leur désavantage sur les sports d’endurance. (C’est la faille les filles ! Go !) Et oui, en toute logique, si vous consommez plus d’oxygène, plus vite, l’effort devient de plus en plus difficile avec le temps.

Donc nous avons bien compris que la femme est désavantagée par ses propres attributs hormonaux et physiques en tant que déesse de la beauté ! (Oui bon ok, un peu d’éloge non après toutes ces nouvelles ?). Cependant, cela démontre également que la femme n’est pas plus faible en soit que l’homme. Elles égalent les performances sportives masculines dans leur propre catégorie comme on ne mettrait pas un poids moyen à combattre contre un poids lourd en boxe ! Et oui, vu comme ça je sais tout s’éclaire ! Et en plus, il paraît qu’elle est plus souple naturellement aussi, d’où les sports souvent prônés pour elle, notamment la gymnastique, ou la natation synchronisée qui reste on est d’accord un bon cliché !

Quoi que l’on puisse dire dans tous les cas, nous savons tous que la plus grande faiblesse de l’homme est la femme … 😉

Sport’Her vous dit au mois prochain … !

Source : https://conseilsport.decathlon.fr/conseils/

About the Author

By lea.pailhassard / Administrator, bbp_keymaster on Fév 05, 2020