Retour sur cette 37ème Université Sportive d’Été

S'est déroulé à Toulouse au sein de l'Hôtel de Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, du 10 au 12 octobre, la 37ème université sportive d'été des clubs universitaires, organisée par le Toulouse Université Club, Plus grande association de sport d'Occitanie avec 6100 adhérents.

L' Université Sportive d’Été créée en 1983 a pour objet : de rassembler ceux qui sont intéressés par une réflexion sur les problèmes du sport, De contribuer à la formation des dirigeants, des techniciens, des pratiquants et des journalistes de sport et de publier des ouvrages ou des documents sur le sport, son organisation et sa pratique, L'objectif de cet événement fut de Comprendre et entrevoir les nouveaux modèles économiques ainsi que les opportunités d’une période de mutation peuvent apporter et en outre, que la perspective des JO Paris 2024 doit stimuler.

Des universitaires de niveau international sont venus apporter leurs éclairages sur les modèles économiques et financiers du sport en Europe. Pour balayer le sujet, il a été abordé lors de la première journée, les mutations du modèle français, en soulevant les inquiétudes des clubs participants, mais aussi des bénévoles. Suite aux débats et aux repas réalisés avec une équipe de producteurs locaux, qui sont venus pour présenter les mets et vins du Sud-Ouest. Le sujet du développement du sportif de haut niveau fut abordé. Djilali BEDRANI, fut présent parmi nos intervenants pour raconter ses difficultés et faire comprendre à l'assistance les hauts et bas d'une carrière et d'une saison de sportif de haut niveau.

La présence de Mr William GASPARINI, titulaire de la Chaire Jean Monnet, Mr Mickael TERRIEN, professeur d'économie du sport à l'université de Lille, et Pierre RONDEAU consultant économique de la chaine RMC SPORT, ont apporté des ouvertures économiques à nos conférenciers venus en nombre. L'après-midi fut marquée entre autres par les éclairages de Mr Bernard AMSALEM sur l'Economie Sociale et Solidaire ce qui a fait ressortir que le sport doit être vecteur d'une économie circulaire avec l'apport des sociétés privés et du développement de richesses. Et non plus une économie descendante dépendante des institutions publiques.

Pour conclure, samedi, une potentielle réponse européenne a été abordée avec la présence notamment de Madeleine DELAPERRIERE en charge entre autres des affaires européennes, grâce au programme ERASMUS +. L'importance du double projet et l'importance de lier une carrière "intellectuelle" avec les études et une carrière sportive pour le sportif de haut niveau car il est important de passer à l'après-carrière.

Il est ressorti qu'une démarche collective devait être entreprise, et qu'il fallait aussi ouvrir vers une mutualisation européenne du sport.

About the Author

By eugenie.de-blic / Editor, bbp_participant on Oct 15, 2019

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *